Le chaulage, pour bien amender les sols et protéger les arbres fruitiers

Chaulage
Notation-3

Effectuer un chaulage, c'est apporter de la chaux, ou tout autre amendement calcique, au jardin pour fertiliser une terre trop acide ou pour protéger les arbres fruitiers. 

 

Le chaulage, pour corriger l'acidité de la terre

Le chaulage amende les sols sableux, argileux et humifères. Plus précisément, il augmente leur fertilité en neutralisant les surplus d'acidité (sol présentant un pH trop bas) et en corrigeant les manques en calcium.

De plus, il décompacte les terres lourdes et favorise leur perméabilité, les rendant plus faciles à travailler.

Notez que les effets du chaulage s'observent à moyen et à long terme alors que les engrais fertilisent les sols à plus court terme, pour la saison suivante.

 

Attention, les chaulages en excès peuvent appauvrir la terre !

Il faut chauler seulement après analyse du sol et de ses besoins ainsi qu'en fonction du type de plante qui y sera cultivé. De trop nombreux chaulages pourraient en effet déséquilibrer les plantes par un excès d’azote. Ce dernier doit être apporté en petites quantités. Et pour cause : les excédents d’azote, transformés en nitrates, polluent sols et rivières, soit parce qu'il sont entraînés par les eaux de ruissellement, soit parce qu'ils s'infiltrent vers les nappes souterraines.

Par ailleurs, en réduisant trop fortement l'acidité par des chaulages abusifs, la matière organique se décompose trop rapidement. Le sol, rendu très fertile pour un moment, sera appauvri pour les récoltes suivantes.

 

A quel rythme faut-il chauler ?

  • Si le sol est très acide, soyez patient et faites un chaulage par an jusqu’à rétablir le bon équilibre. 
  • En entretien, un chaulage tous les trois ou quatre ans est suffisant.
  • Ne faites jamais un chaulage en même temps qu’un apport de fumier ou de compost, la chaux annulant leurs effets. 
  • Pour les terres ayant un pH supérieur à 7,5 (= terres calcaires), le chaulage n’est bien sûr pas requis !

 

Sous quelle forme faut-il chauler ?

Vous pouvez utiliser de la chaux éteinte (= roche calcaire calcinée) mais elle présente l’inconvénient d’être très soluble. 

Vous pouvez aussi opter pour d’autres amendements calciques tels que la dolomie (= roche contenant du calcium et du magnésium), du maërl (= algue calcifiée apportant calcium, magnésium et oligo-éléments) ou de la marne (= roche riche en calcium et en argile et donc idéale pour les sols sableux).

 

La chaux, l'alliée des arbres fruitiers

La chaux protège très efficacement les arbres fruitiers des insectes et maladies cryptogamiques. Elle élimine les larves d’insectes qui s'abritent dans les replis de l'écorce des arbres ainsi que les champignons qui attendent la fin de l’hiver pour attaquer. On peut ainsi protéger pommiers, poiriers, et autres arbres fruitiers contre les maladies cryptogamiques. 

Le chaulage est un procédé trop délaissé, pourtant simple et naturel :

  • Débarrassez, à l'aide d'une brosse dure voire métallique, le tronc des morceaux d’écorce décollés et des divers parasites : lichens, mousses, lierres, etc. 
  • Elaguez si besoin, c'est à dire dépouillez l'arbre de ses branches superflues.
  • Badigeonnez de chaux les troncs, à l'aide d'un pinceau, en une ou deux fois. Ne procédez pas à cette opération par temps de pluie !
  • Utilisez du lait de chaux (= chaux vive diluée dans l’eau à 20% environ) que l'on trouve dans le commerce prêt à l’emploi sous l'appellation de « blanc arboricole ». 
  • Ameublissez, pour finir, la terre autour de l’arbre par un bêchage.

Appliquez de la chaux, à titre préventif, tous les deux ans, en hiver.

Vos avis et commentaires

 

 
 
Facebook Pinterest Googleplus Twitter